Je participe à la fête de la Nature de Villeneuve-Loubet le dimanche 21 avril prochain !

Mais ça vous le savez déjà si vous êtes abonné.e.s à ma newsletter :)
Alors j'espère bien vous y voir ! Ce sera l'occasion, entre autre, de vous faire découvrir l'olfactothérapie !

Tu veux devenir naturopathe pour animaux ? Mes conseils qui ne te brosseront pas dans le sens du poil.

Je reçois énormément de mails me demandant des conseils sur les formations de naturopathe animalier et sur comment devenir Naturopathe animalier. Alors si toi aussi tu es dans ce cas, cet article est fait pour toi !


cat licking its paw
Un beau minou

Les questions fréquentes

Quelle école ou formation choisir ? Peut-on en vivre ? Est ce difficile de se constituer une clientèle ? Le métier est-il reconnu ? Travaillez-vous à côté ? Combien de temps dure la formation ? Quel est votre chiffre d’affaire ? Quel statut d’entreprise choisir ? Etc etc etc…

Les questions sont fort nombreuses et variées et pour la plupart je ne pourrais que te donner MON AVIS et MON EXPERIENCE PERSONNELLE.

Je réponds toujours aux personnes qui me contacte de façon bienveillante et j’essai de donner un maximum d’informations mais le mieux (et c’est ce que j’ai fais !) c’est de faire tes propres recherches et d’appeler directement les écoles pour te faire TON avis.

Je ne te donnerais pas ici de conseils sur la création d’entreprise, ni le statut d’entrepreneur, tout est très bien documenté sur le net.

Toutes mes formations, mon éthique et mes engagements ici = https://www.emmanima.com/a-propos/

Ma liste des incontournables

1/ Réfléchir et mûrir son projet (temps alloué à la formation initiale, budget, spécialités, autres formations à venir…)

2/ Faire une étude de marché (ce que je n’ai pas fais, mais qui je pense peut beaucoup aider)

3/ Faire ses propres recherches et lister toutes les formations et écoles, les appeler pour se renseigner sur leur programme et tâter le terrain.

4/ Une fois le Graal trouvé, travailler ses cours, se documenter, lire, échanger avec d’autres élèves etc…

5/ Mettre en pratique la théorie dés que c’est possible (bénévolat dans un refuge, une association, stages dans des structures qui accueillent des animaux etc…)

6/ Et quand tu te sens prêt.e, tu peux t’installer.

Suis-je fait.e pour ce métier ?

C’est la première question à se poser !

Que ce soit une reconversion ou un projet initial à ta sortie de l’école, cette question est essentielle.

Pourquoi ? Parce qu’il ne faut surtout pas imaginer que c’est un métier « facile »

1/ parce qu’avoir eu des animaux toute ta vie, ne t’apprendra pas le métier et ne fera pas de toi d’office un bon naturopathe animalier.

2/ parce que les formations de naturopathie animale au rabais qui pullulent aujourd’hui sur internet te le font croire.

Et 3/ parce que la formation théorique que te dispensera ton école ne t’apprendra pas à « savoir-être ».

L’éthique est très importante. On ne fait pas ce métier pour s’en mettre plein les fouilles ! Si c’est ton cas, tu peux déjà fermer cette page.

On est là pour aider l’animal et son gardien. On est dans la coopération, la confiance, l’empathie, l’écoute, le conseil, la bienveillance, le respect…..de l’animal ET de l’humain. Avoir des valeurs et s’y tenir ne veut pas dire être « parfait.e » non plus, et je ne le suis pas.

Il ne faut pas chercher à faire illusion, mais incarner, au sens propre du terme, les valeurs qui t’animent. C’est valable, pour tout les métiers qui touche au bien-être, qu’il soit animal ou humain.

Attention ! Etre cohérent, bienveillant et avoir une réelle envie d’aider ne veut pas dire être une bonne poire non plus ! On propose un service, et comme beaucoup de services, il a un coût ! On doit respecter le travail que tu fournis.

Bref, cette petite intro pour dire qu’il faut être conscient.e que travailler avec les animaux comme avec l’humain requiert certaines aptitudes. Et si j’insiste, c’est que j’ai rencontré des personnes qui souhaitaient devenir naturopathes et qui ne s’intéressaient nullement aux plantes, à la Nature, à l’environnement en général, à la santé naturelle en particulier…et d’autres qui n’étaient pas du tout alignées avec ce qu’elles « prétendaient » être. Oui, oui ça existe ! C’est fou hein ? Et ce ne sont pas quelques exemples isolés.

Alors, pas parfait, c’est ok, mais pas n’importe quoi non plus…

Les difficultés n°1 : Lutter contre les a priori

La première difficulté à laquelle je me suis confrontée, ce sont les a priori : en voici quelques-uns mais ils sont bien plus nombreux.

1/ « Tu travailles avec les animaux ? Tu peux m’aider à ceci ou cela avec mon chat, chien, cheval….stp ? »
C’est ton travail, comme d’autres sont profs ou vendeurs, mais on pense que comme tu travailles
dans le soin aux animaux, les conseils que tu donnes doivent être gratuits !
Demanderais-tu à ton veto ou à ton médecin de ne pas payer la consultation ? Les formations diverses et variées, achats de livres et autres, remise à niveaux régulières, tous les frais engendrés pour ton installation, j’en passe et des meilleures … ont aussi un coût.

Alors, tu peux proposer ton aide gratuitement si tu le souhaites bien sûr et cela m’arrive de le faire, mais il faut savoir rester raisonnable afin d’être pris.e au sérieux et de rentrer dans tes frais.

2/ « J’ai déjà un véto, alors ça sert à rien de voir un naturopathe animalier » ?
Aaaaaaah le must du must ! Ben oui, pourquoiiiiiiii ?
Je te renvoies vers mon Instagram où tu trouveras des réponses => https://www.instagram.com/emmanima.naturopathe/

3/  » La naturopathie pour les animaux, c’est comme pour les humains, c’est inutile et inefficace » !
Bon….On n’est pas aidé, il faut le dire….Là, on est plus dans l’éducatif, tu vois.
Je ne passerai pas en revue tous nos détracteurs ici, car je n’ai pas envie de leur faire de la pub.
Forcément la naturopathie, cette « pseudo science » comme ils aiment l’appeler, s’en prend régulièrement plein la gueule.
C’est même un acharnement constant !
Or, on n’est pas tous des illuminés, des charlatans, des incompétents…dans les médecines complémentaires. Ni des débiles profonds : on sait aussi lire, analyser et utiliser les études scientifiques et faire la part des choses.
Et plus on sera nombreux.ses à être bien formé.es avec une éthique irréprochable, moins on nous tombera dessus facilement.

4/ « C’est un métier de rêve » !
Oui évidemment !
Mais tu vas t’en prendre des réflexions. De la jalousie aussi. Ou, au mieux, l’ignorance.
Dis-toi que ce n’est pas grave.
Cela prend du temps de faire évoluer les consciences.
Et quand tu auras tes premiers clients, ça ne sera pas tout rose non plus :
tu devras faire face à toutes les contraintes et problématiques qui jalonnent la vie d’un entrepreneur.

Les difficultés 2 : Un métier non réglementé et non reconnu (en France !)


En Allemagne, en Autriche, au Danemark, en Espagne, en Finlande, en Hongrie, en Irlande, en Norvège, aux Pays-Bas, au Portugal, en Roumanie, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse la profession de naturopathe est reconnue et la seule restriction commune à la plupart de ces pays est l’interdiction d’utiliser le titre de « docteur en médecine ». Dans ces nations, les naturopathes coopèrent ouvertement avec les médecins allopathiques et bénéficient d’une reconnaissance.

En France, Belgique et Italie, la profession de naturopathe n’est que faiblement ou pas du tout réglementée, mais cela évolue.
En tout cas, il faut y croire.

Alors attention, la réglementation ne met pas à l’abri des abus.
Il existera toujours de mauvais naturopathes comme il existe de mauvais médecins ou de mauvais plombiers !

Une vraie reconnaissance permettra surtout d’encadrer le métier et d’accéder à des diplômes reconnus.

Les difficultés 3 : L’offre de formation pléthorique et qui n’est pas toujours de qualité


Je m’explique :
Métier non règlementé = formation au rabais

Les organismes de formation surfent sur la vague.
Il y a une demande forte, et les pros du marketing ont bien repéré le truc.

Du coup, fleurissent sur le net des formations à 50 euros pour devenir naturopathe animalier et qui te promettent monts et merveilles
en même pas 100 heures de formation !

Alors, j’en appelle à ton sens critique.
Fais ce que tu veux mais le mieux, pour les animaux et leurs humains, c’est de passer ton chemin.
Cependant, pour une initiation ou une découverte du métier, sans doute que ce sera suffisant !
Ou encore si tu es déjà un.e pro de la santé animale et que tu souhaites juste rajouter une corde à ton arc sans perdre un bras…A toi de voir.

Au final, il n’y pas énormément d’écoles sérieuses sur le marché. C’est à dire qui dispensent des cours théoriques et à la fois des stages pratiques, dont les cours sont complets (qui incluent l’anatomie !) et ne t’apprennent pas uniquement à calquer des protocoles naturo sur des symptômes
(Ca, ça s’appelle de l’allopathie verte, ce n’est pas de la naturopathie).

Je ne conseillerai pas d’école ici car j’estime que c’est un choix personnel et que je ne les connais pas toutes.
Je t’en parle quand tu me contactes en privé mais le mieux c’est de te faire ta propre opinion, en gardant en tête les éléments essentiels que je t’ai donné un peu plus haut.

Ooooh tu m’as dégouté.e là !

Cet article n’est pas fait pour te vendre du rêve. Alors :

1/ Fais une VRAIE formation et surtout ne reste jamais sur tes acquis et actualise régulièrement tes connaissances.

2/ N’oublie pas de cultiver aussi ton SAVOIR ETRE

3/ N’oublie jamais qu’il y a un HUMAIN derrière chaque animal avec ses propres contraintes

4/ Ne fais pas ce métier pour gagner de l’argent. Mais si tu arrives à en vivre tant mieux

5/ Ai une éthique irréprochable, tant envers l’animal qu’envers son humain. Ainsi qu’envers les autres professionnels de la santé animale

6/ Eclates-toi dans ce métier, parce que c’est un métier passionnant !

Bonus 1 : La question de l’argent


Comme je l’ai mentionné un peu plus haut, on ne fait pas ce métier pour gagner de l’argent.
Une grande majorité de naturopathes animaliers ont un boulot alimentaire à côté.

Et j’en fais partie.

Personnellement, j’ai trouvé un équilibre comme ça et pour le moment cela me convient mais peut-être que de ton côté tu auras d’autres ambitions….

Ce genre de décision t’appartient.

En tous cas, saches que c’est plutôt compliqué d’en vivre totalement et que celles et ceux qui y arrivent ont souvent diversifiés leurs prestations et proposent des ateliers, des formations, du pet sitting, de la bioresonance etc….

Bonus 2 : La question de la clientèle


Si tu travailles déjà avec les animaux (ostéopathe, asv, pet sitter etc….) , ta clientèle sera déjà plus ou moins faite ! C’est un gros plus.

Si ce n’est pas le cas, comme pour moi en reconversion totale, ce sera plus difficile.

Là, il faut vraiment démarcher, faire des salons, proposer des ateliers…pour se faire connaître et prouver que tu existes.
Investir dans des flyers, cartes de visites etc… Sur les réseaux, on cherche à te faire croire que c’est dépassé tout ça !
C’est faux. Tu en auras besoin surtout si tu veux toucher une clientèle locale.

Exemple : Une de mes récentes clientes m’a contacté après avoir aperçu ma voiture sur un parking, avec mes stickers au nom de mon entreprise. Comme quoi, les méthodes traditionnelles fonctionnent toujours très bien !

Les réseaux et ton site internet seuls ne suffiront pas forcément.
Sauf, peut-être, si tu es une pro du marketing et que tu sais parfaitement t’y prendre !
Et on en parle juste après.

Bonus 3 : La question des réseaux


Nous sommes de plus en plus nombreu.s.es.
Notamment parce que les rois du bizness vendent du rêve à pas cher.

Cependant, la concurrence n’a jamais été un frein, bien au contraire !
La majorité de mes abonnés sur Instagram sont des collègues naturopathes ou des professionnels de la santé animale.
Autant dire que lorsque je m’exprime, je me parle presque à moi-même, hihihi.
Ce n’est donc pas là que je trouve mes clients.

Certes, si tu es un expert des réseaux sociaux et que cela te permet d’attirer de nombreux clients, tant mieux pour toi.

Mais j’aimerais rassurer tous les autres : cela ne fait pas la valeur de quelqu’un, ni celle de son travail.

Je dis cela parce qu’il est difficile d’échapper aux réseaux sociaux et à leur marketing intrusif. Ils nous font croire que si nous ne suivons pas leurs règles, nous resterons éternellement dans l’ombre sur Instagram, sans jamais attirer de clients nulle part.
Et cela m’agace profondément.

Je connais des naturopathes qui se moquent des réseaux sociaux, qui ont peu d’abonnés et peu d’avis sur Google (voire pas de fiche Google du tout), et qui réussissent ! À l’inverse, il existe des personnes avec 2000 abonnés sur Instagram ou Facebook et 50 avis Google 5 étoiles, qui n’offrent rien de fabuleux mais savent juste comment s’y prendre.
Il y a l’art…et la manière.

Bref, de mon côté, j’ai pris le parti de ne pas m’en soucier.
Je me lasse très vite des RS (je suis partie, je suis revenue, repartie, rerevenue…)
Et encore plus maintenant avec leur algorithme et leur censure qui t’empêche d’être libre. Enfin, si tu veux vendre.

Je fais quelques “efforts”, certes, mais ce formatage omniprésent me pèse.
En tant qu’individu atypique, je déteste qu’on me dicte ce que je dois faire et comment le faire.
J’aime créer, écrire, discuter, je m’amuse sur les RS, quand ça me chante et je sais difficilement y faire autre chose.

Plus tu colleras à l’algorithme en écoutant les CM et autres pros de la vente sur les RS (je suis une cause perdue pour mes copines, à leur grand désarroi) alors sans doute que tu trouveras des clients sur ces plateformes. Tout dépend de tes objectifs, et si cela t’inspire et te conviens, libre à toi !

Une de mes devises qui matche pas mal avec le sujet :
« plus on cherche à rentrer dans le moule, plus on ressemble à une tarte. »
Il arrive que le moule paraisse confortable, alors pour se faciliter la vie, on cède…
Et quelquefois, je trouve que je suis pas loin d’avoir la gueule plate, ahaha !

Comme je suis une vieille réac, je finirais sur cette phrase : j’aurais souhaité qu’Instagram et Facebook restent des réseaux de partage, de détente, de divertissement, esthétiques et ludiques et ne deviennent JAMAIS des plateformes de vente !

Le mot de la fin

La naturopathie animale : un métier d’amour, de passion mais pas que !

Tu aimes les animaux et tu as envie de les aider ? C’est le minimum.
Mais c’est ton travail, tes compétences, ton éthique, tes valeurs, ton authenticité, ta bienveillance… qui feront la différence.
Et pas ton nombre d’abonnés sur les RS.

Si tu te sens appelé.e par ce beau métier, alors…forme-toi et fonce !

A très vite, futur.e collègue !

Tu peux retrouver tous mes accompagnements pour animaux et humains ici : Accompagnements

Je te propose de vraies solutions et je reste à tes côtés tout au long de ton accompagnement.

Visite mon site ici : www.emmanima.com

Emmanuelle

(Partager oui ! Copier non ! Emmanima, tous droits réservés)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *